Home » NOS DOSSIERS » 2014 : désinvestissement de l'éducation ?

2014 : désinvestissement de l'éducation ?

2014 : désinvestissement de l'éducation ? - SNCL-FAEN

Un nouveau rapport de l'OCDE met une fois de plus en lumière les écarts qui se creusent entre la France et les autres pays développés en matière de finance de l'éduction.

La France consacre 10182 $ par élève en moyenne pour son système éducatif, somme supérieure à la moyenne OCDE (9313 $). Mais cette moyenne est essentiellement biaisée par l'enseignement supérieur français qui reçoit 15 067 $ par étudiant. Le primaire français est en revanche moins bien doté que la moyenne de l'OCDE, avec 6622$ (contre 7974).


De plus, alors que les pays de l'OCDE ont augmenté leurs dépenses d'éducation sur la décennie 2000-2010, la France fait partie du petit groupe de pays (avec l'Italie et la Hongrie) où les dépenses d'éducation ont baissé. Tous les autres pays de l'OCDE ont une croissance positive, parfois très forte. Les Etats-Unis sont passés de 6,2% du PNB à 7,1%, le Royaume-Uni de 4,9 à 6,5%, le Danemark de 6,6 à 7,1%.


Cette évolution se lit aussi dans les salaires des enseignants. Sur la même période, seuls 4 pays de l'OCDE ont baissé le salaire de leurs enseignants : la France, la Grèce, le Japon et la Suisse. Partout ailleurs, ils ont augmenté.
Toutefois, si depuis 2008 la crise économique a fait évoluer négativement les dépenses d'éducation chez de nombreux pays européens membres de l'OCDE, la France a au moins échappé à une baisse de son budget d’éducation.