Enseignement Français à l'Etranger : et demain ?

Enseignement Français à l'Etranger : et demain ? - SNCL-FAEN

 En novembre dernier, sous la précédente mandature, les ministères des affaires étrangères et de l'Education nationale s'associaient dans une déclaration commune pour la défense et la promotion de l'enseignement français à l'Etranger (vous pouvez retrouver cette déclaration en pièce jointe ci-dessous). Un engagement à la fois solennel et ambitieux qui laissait espérer le meilleur pour les années à venir.

 

Toutefois, quelques semaines après les élections présidentielles, il est légitime de s'interroger sur la pérénnité de cet engagement. Cette vision conjointe de notre enseignement à l'étranger reste-t-elle valide ? La division du ministère de l'Education en deux pôles distincts (entre enseignement supérieur et enseignement général des premier et second degrés) ne donne-t-elle pas à lire d'autres intérêts et d'autres priorités pour le quinquennat qui s'ouvre ?

 

C'est ce à quoi le SNCL-FAEN demande aujourd'hui réponse, en solllicitant audience auprès des ministères de M. Blanquer et Mme Vidal.

ENQUÊTE LYCEE : résultats de notre enquête SNCL FAEN

ENQUÊTE LYCEE : résultats de notre enquête SNCL FAEN - SNCL-FAEN

Après notre consultation nationale, le SNCL FAEN a reçu 1728 contributions de collègues en activité en lycée général ou technologique. Ces derniers étaient appelés à s'exprimer sur l'avenir du lycée, à l'aube d'une réforme qui patiente dans les cartons du ministère. 

 

Le questionnaire présentait une première série de questions fermées (dont nous vous présentons ici les graphiques commentés) et deux questions plus ouvertes qui leur ont permis d'exprimer toutes leurs craintes et toutes leurs attentes pour l'évolution de leur métier dans les années qui viennent.

 

Nous avons alors synthétisé leurs réponses en les regroupant en grands axes de revendications.

 

Vous pouvez télécharger l'intégralité de cette enquête en cliquant ici.

Attaques de lycées et vie scolaire

Attaques de lycées et vie scolaire - SNCL-FAEN

 Des actes de violence intolérables se produisent à échéances régulières contre des personnels des établissements scolaires et particulièrement des professeurs. Les attaques récentes des lycées de Seine-Saint-Denis surviennent qui plus est dans un contexte social déjà très tendus.

  
Même si ces faits ne représentent absolument pas la réalité de la situation dans tous les collèges et les lycées de France, ils rappellent l’urgence pour l’Ecole de mettre en oeuvre une véritable pratique de l’éducation à la citoyenneté, notamment dans un certains territoires particulièrement touchés.

 

Dans les EPLE, l'éducation à la citoyenneté est devenue incontournable, cet apprentissage est transversal et sa mise en oeuvre concerne tous les acteurs des établissements scolaires. Le SNCL propose sa perspective du problème

  

 

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE...

 

Dernier mot aux parents : vraiment ?

Dernier mot aux parents : vraiment ? - SNCL-FAEN

L'expérimentation dans une centaine d'établissements depuis 2013  du dispositif "Dernier mot aux parents" en matière d'orientation avait déjà fait l'objet d'un rapport d'étape critique de la part de l'Inspection Générale. Celle-ci concluait (provisoirement à l'époque) que cette expérience n'avait pas bouleversé l'orientation des élèves de troisième. Dans une seconde étude rendue publique début janvier, le diagnostic est confirmé et les critiques réaffirmées avec conviction. Le rapport note bien une légère diminution de l'orientation vers la voie professionnelle mais indique que ce phénomène semble suivre les tendances nationales.

 

L'Inspection Générale ne préconise pas l'abandon de l'expérimentation mais elle n'en demande pas non plus sa généralisation et, avec prudence, s'en remet à un nouveau bilan dans un an... Ce sont pourtant de vraies difficultés qui sont mises en lumière lorsqu'elle pointe le défaut d'accompagnement des parents dans la plupart des collèges expérimentateurs ainsi que le peu de changements dans les pratiques des collèges en termes d'orientation. Le SNCL-FAEN avait, dès le premier bilan, dénoncé cette mesure parce qu' il la trouvait démagogique et malhonnête.

 
Cette mesure, en transférant sur les parents ce qui est l'une des prérogatives du corps enseignant (à savoir l'évaluation et l'orientation des élèves, inscrites dans leurs missions) dessert les deux parties. Les parents, parce qu'elle leur donne l'illusion d'un pouvoir qu'ils n'ont pas, faute de posséder les clés pour le faire. Les enseignants, parce qu'elle les dessaisit de ce qui fait l'essence même de leur métier. Ce qui ne signifie pas que le statu quo doive être entretenu. Les enseignants sont conscients que la tenue des conseils de classe peut être améliorée, qu'un travail plus approfondi sur l'orientation est nécessaire mais ils sont aussi persuadés que ce travail de réflexion et d'évolution ressort de leur responsabilité en tant que professionnels de l'éducation. Le métier d'enseignant n'est plus aujourd'hui suffisamment considéré dans la société. Ceci explique en grande partie la crise actuelle du recrutement.

 

Le SNCLFAEN milite pour que la valeur professionnelle des enseignants soit reconnue et valorisée. De telles mesures en dégradent l'image. Nous demandons que cette expérimentation soit tout simplement abandonnée sans délai.