Home » NOS DOSSIERS » Métier de CPE : vers une réactualisation des missions

Métier de CPE : vers une réactualisation des missions

Métier de CPE : vers une réactualisation des missions - SNCL-FAEN

Un groupe de travail sur le métier de CPE s’est réuni en janvier au ministère. Le ministère souhaite intégrer dans une nouvelle circulaire de nombreux points du référentiel de compétences du 1er juillet 2013...

L’actualisation des missions porte notamment sur les points suivants :

 

Politique éducative de l’établissement : 

 

Les CPE participent notamment à l’élaboration de la  politique éducative de l’établissement. Ils assurent la mise en œuvre et le suivi du volet éducatif du projet d’établissement.

 

Suivi des élèves :

 

Ils apportent avec les enseignants, un appui aux conseillers d’orientation psychologues en participant aux actions d’orientation et d’information des élèves.

Ils doivent maîtriser « efficacement » les circuits d’information et faire usage des outils et ressources numériques à leur disposition.

 

Lutte contre le décrochage scolaire :

 

Les CPE peuvent assumer la responsabilité de référent « décrochage scolaire » dont la mission est de contribuer à la sécurisation des parcours de formation en permettant aux jeunes, tout au long de leur cursus, de réintégrer la formation initiale.

 

Climat scolaire :

 

Les CPE contribuent à l’élaboration du diagnostic de sécurité et participent à la lutte contre toutes formes de discrimination, d’incivilité, de violence et de harcèlement.

 

Actions liées à la citoyenneté :

 

Les CPE peuvent participer à l’animation des heures de vie de classe.

 

Respect de la laïcité :

 

Les CPE contribuent à la diffusion et à l’explication des principes énoncés dans la charte de la laïcité à l’école.

 

 

ANALYSE DU SNCL-FAEN

 

Depuis longtemps le SNCL-FAEN revendique une actualisation de la circulaire des missions de 1982, et comme nous l’avions déjà analysé, le référentiel de compétences qui s’appuie sur ce texte de plus de 30 ans est pour nous une base de travail acceptable.

 

Cependant si cette articulation des missions avec le référentiel de compétences est nécessaire, il convient tout autant de maintenir la dimension éducative et pédagogique de la circulaire de missions de 1982, avec l’importance de rappeler que le travail du CPE doit se faire avec l’ensemble de la communauté éducative et que nombreuses sont les missions qui doivent être partagées.

 

Néanmoins, à travers la « fiche métier n°1 » sur les CPE, un élément inquiétant apparaît dans un chapitre intitulé : « Conseil du chef d’établissement ». Ainsi : « les CPE conseillent le chef d’établissement pour organiser les partenariats avec les autres services de l’Etat, les collectivités territoriales, les associations complémentaires de l’école, les acteurs socio-économiques... ».

 

Le SNCL-FAEN s’oppose fermement à une possible redéfinition locale des missions des CPE et à la territorialisation de l’école. C’est pourquoi nous ne souhaitons pas que cette formulation apparaisse dans une nouvelle circulaire de missions.

 

Dans un autre chapitre intitulé « Animation de la vie scolaire », si le CPE se voit chargé de repérer le besoin de formation des personnels et de proposer des actions de formation, tout cela risque malheureusement de constituer une source de travail supplémentaire, de surcroît inutile lorsque l’on connaît la quasi-inexistence de formation initiale et continue dans l’Education nationale.

 

Profitons-en pour rappeler deux de nos revendications concernant les assistants d’éducation ; une formation initiale systématique d’au moins deux semaines avant leur prise d’emploi ainsi que leur professionnalisation.

 

Si une réactualisation des missions s’avère pour nous nécessaire, le SNCL-FAEN n’en condamne pas moins toute circulaire aggravant les conditions de travail des CPE ; c’est pourquoi nous exigeons qu’y apparaisse clairement que l’ensemble des missions s’inscrit dans le cadre strict des 35 heures toutes tâches confondues.

 

C’est la raison pour laquelle nous souhaitons que de nombreuses précisions soient apportées. Que ce soit par exemple sur l’assistance aux diverses instances de l’établissement (positionnement, temps de travail) ou encore sur le CPE « référent décrochage » car cela doit se faire d’abord sur la base du volontariat mais aussi avec des indemnités et une formation clairement spécifiées.

 

Si pour le SNCL-FAEN la réactualisation de la circulaire doit permettre aux CPE d’obtenir une véritable reconnaissance et autonomie professionnelle, cela doit aller de pair avec une amélioration des rémunérations et des carrières, avec dans un premier temps un alignement de l’indemnité forfaitaire des CPE sur la part fixe de l’ISOE des professeurs.

 

Nous souhaitons aussi que certaines des activités complémentaires qui sont rémunérées au régime des vacations soit actuellement payées au niveau d’une HSE et donc supérieure aux 30 euros actuels.

 

Nous rappelons aussi l’importance qu’il y a à créer un corps d’inspection issu du corps des CPE afin de permettre une double évaluation.