Home » Elections professionnelles 201 » Elections Certifiés 2014 » NOS REVENDICATIONS POUR LES PROFESSEURS CERTIFIES

NOS REVENDICATIONS POUR LES PROFESSEURS CERTIFIES

NOS REVENDICATIONS POUR LES PROFESSEURS CERTIFIES - SNCL-FAEN

Les professeurs appartiennent à des catégories différentes, mais qui ont des intérêts communs. Notre syndicat défend leurs intérêts et l’intérêt de tous les élèves que nous devons conduire à la réussite.

 

Pour les professeurs certifiés...

LE RECRUTEMENT

 

Le SNCL-FAEN dénonce :

- les suppressions massives de postes intervenues depuis 2003, que les dernières créations n'ont toujours pas compensées.

- les conditions de mise en œuvre de la "masterisation" qui a eu un effet désastreux sur le nombre de candidats aux concours de l'enseignement.

 

Nous exigeons donc :

- la mise en place aux différents concours d'un nombre de postes permettant non seulement le remplacement des départs en retraite mais également la compensation des postes supprimés afin d’assurer de meilleures conditions de travail et de permettre à notre système éducatif de relever les nouveaux défis qui lui sont imposés,

- la publication du nombre des postes ouverts aux différents concours par discipline, dès l’ouverture des registres d’inscription,

- l'utilisation de la totalité des postes ouverts aux concours avec constitution de listes complémentaires,

- le respect de la continuité pédagogique dans l’emploi des TZR et des non- titulaires,

- l'arrêt du recours à de nouveaux vacataires et contractuels, sauf disciplines rares et situations particulières, afin de ne pas instaurer une nouvelle précarité,

- l'intégration rapide y compris par liste d'aptitude des vacataires et contractuels qui ont donné satisfaction : pour une titularisation sans équivoque.

 

LES MUTATIONS

 

Le SNCL FAEN se prononce pour le maintien d’un mouvement national à gestion déconcentrée permettant la mobilité choisie des personnels, d'un barème équitable et transparent fixé au niveau national et servant de base à l'élaboration du barème intra académique. Pour cela, nous exigeons : 

- le maintien dans l’académie pour l’année de stage de tous les stagiaires qui enseignaient auparavant dans cette académie et qui en font la demande,

- l’abandon de la procédure du choix des professeurs et personnels d’éducation par les chefs d’établissements ;

- le maintien des points spécifiques DOM et Corse,


- le respect des qualifications professionnelles et des dispositions statutaires attachées à chaque catégorie de professeur,

- la mise en place d’un dispositif d’accueil, de soutien et de suivi pour les professeurs nommés en établissement classé "REP" et "REP+",

- la prise en compte dans toutes les académies de la pénibilité des années de service comme TZR par l'attribution, pour l’obtention d’un poste fixe, d'une bonification substantielle en termes de points par année d'exercice,

- la diminution à 3 ans de la durée de «stabilité» pour bénéficier de l’indemnité pour frais de changement de résidence et la suppression de toute exigence d'ancienneté dans le poste lorsque la précédente mutation a été imposée par une mesure de carte scolaire,

- la publication d'un texte officiel national définissant, pour toutes les académies, les règles applicables pour désigner clairement, sans discrimination de corps, le professeur touché par une mesure de carte scolaire, et réduire ainsi les disparités académiques.

- la publication de la nature des postes mis au mouvement, notamment de tous les postes à complément de service,

- l’affichage, avec la quotité horaire dans l’établissement, des postes mis au mouvement, notamment de tous les postes à complément de service.

 

REVALORISATION DU METIER

 

Bien sûr, après toutes ces années de gel indiciaire et d'augmentation des prélèvements obligatoires, une revalorisation financière effective et significative de la fonction enseignante est indispensable : autant pour rendre le métier attractif que pour redonner aux professeurs leur vraie place dans la société. Cette revalorisation ne devra être subordonnée ni à un allongement du temps de travail ni à une multiplication des tâches, missions et responsabilités, et devra élever autant que possible les salaires français au-dessus de la moyenne des salaires des collègues européens.

- pour le SNCL-FAEN tout professeur, ayant accompli une carrière complète, doit pouvoir accéder à l'échelon terminal de son corps,

- nous demandons la mise en place, dans chaque département, de préparations gratuites, spécifiques pour les différents concours internes, en particulier pour les épreuves orales qu’un candidat ne peut efficacement préparer par correspondance,

- la revalorisation substantielle de la part fixe de l’ISOE, sa transformation en points d'indice et une revalorisation conséquente de la fonction de professeur principal devenue de plus en plus lourde et donc de moins en moins recherchée,

- une revalorisation d’au moins 25 % du taux horaire de base pour les heures supplémentaires,

- l’attribution aux professeurs des dispositifs relais des avantages accordés aux professeurs des établissements de l'éducation prioritaire type « REP » et "REP+",

- la diminution systématique d’une heure, du service hebdomadaire des professeurs y compris les TZR acceptant d’enseigner dans deux établissements, et de 2 heures pour ceux acceptant d’exercer dans trois établissements,

- la transformation d'un maximum d’heures supplémentaires en postes ou BMP,

l'exercice de la bivalence doit être fondé sur le volontariat, donner lieu à formation et être valorisé financièrement en raison de la charge de travail qu'il entraîne,

- la mise en place d'un véritable aménagement de fin de carrière,

- le remboursement dans un délai maximum de trois mois de tous les frais engagés pour faire passer les examens et concours et plus généralement pour toute convocation par sa hiérarchie.

 

En outre, le SNCL-FAEN dénonce et refuse :

 

- les déroulements de carrière au prétendu "mérite", 

- les pressions, manœuvres, voire chantage visant à imposer aux professeurs des travaux supplémentaires, qu’ils soient ou non rémunérés,

- la suppression sans la moindre concertation avec les organisations syndicales de l’indemnité d’éloignement des DOM et la création d’une Indemnité de Sujétion et d’Installation qui aboutit à un traitement discriminatoire et inégalitaire entre les collègues affectés dans les DOM,

- le mode de calcul des retraites qui ne tient pas compte de la pénibilité du métier ni de l’âge minimum d’entrée dans le métier compte tenu du niveau des diplômes exigés.

 

 

La suite de nos sujets pour les professeurs certifiés...