Home » NOS DOSSIERS » DIRECTION D’ECOLE : ENCORE ET TOUJOURS LE FLOU !

DIRECTION D’ECOLE : ENCORE ET TOUJOURS LE FLOU !

DIRECTION D’ECOLE : ENCORE ET TOUJOURS LE FLOU ! - SNCL

Tandis que l’épuisement des directeurs d’école est plus que d’actualité en cette rentrée, le Ministre prétend « améliorer leur quotidien », « mieux les accompagner ». Qu’en est-il en pratique, 3 mois après la loi Rilhac ?

Pendant toutes les semaines précédant la proposition de loi puis la détermination du projet du groupe parlementaire mené par Cécile Rilhac sur la question de la reconnaissance administrative des directeurs d'école, le SNCL n'a pas ménagé ses efforts pour défendre la rédaction la plus ambitieuse. Hélas, tous ne partagent pas cet avis. Après un lobbying probablement actif, certaines forces ont réussi à faire reculer les députés qui ont fini par proposer des amendements à la baisse contre leur propre projet...

À ce jour, il est donc triste de constater que rien de bien concret n'est fait pour les directeurs si ce n’est l’annonce du versement d’une prime exceptionnelle de 450 euros avant décembre. Une prime bien loin de satisfaire l’ensemble des professeurs des écoles qui attendent désespérément une augmentation salariale depuis des années. Seules certaines catégories de personnel tels que les recteurs, les DASEN et autres secrétaires généraux ou chefs de service ministériels ont vu leur salaire augmenter notablement pendant l’été grâce à une nouvelle bonification indiciaire (82 points en moyenne pour les DASEN et 180 points pour les Recteurs). Curieusement, cela ne semble pas devoir être imité pour le reste du personnel !

En de nombreux points, la loi Rilhac a été vidée de sa substance. Les deux jours de formation promis seront proposés mais personne ne sait sur quel temps ils seront pris. Les directeurs sont grandement sollicités et devraient pouvoir bénéficier de formation sur le temps de travail devant élèves. Certains DASEN semblent s’orienter sur des formations sur le temps d’animations pédagogiques. Le SNCL-FAEN demande en outre que les directeurs puissent être partie prenante du contenu de ces formations afin qu'elles ne soient pas une perte supplémentaire de temps mais bien une source de réponses concrètes apportées par rapport à la réalité du terrain.

Les outils à disposition des directeurs doivent être améliorés afin de limiter les sollicitations et faire gagner du temps. Pour l’heure, c'est tout le contraire : avec la mise en œuvre du protocole sanitaire, les directeurs sont encore plus sollicités qu’avant. Les décharges ponctuelles de rentrée que certaines circonscriptions proposaient aux directeurs n’ont pas pu être honorées en raison du manque de remplaçants qui se fait sentir dès cette première quinzaine de septembre. Ces derniers sont prioritairement missionnés pour remplacer les collègues identifiés « cas contact covid19 »...

Concernant la pleine autonomie dans la gestion des 108h, là encore c’est une mesure floue. Ce qui est certain c’est que les 18h d’animations pédagogiques restent à la main des Dasen. Quid des 90h restantes ?

Depuis juillet, rien n’a donc vraiment bougé. Les directeurs sont déjà à bout de souffle (les masques y contribuent aussi !) pris dans le rouleau compresseur de cette rentrée hors normes. Là encore, les mails s’enchainent, les uns contredisant les autres, les directives sanitaires sont fluctuantes et demandent une adaptation de tous les instants, tout cela sans décharge supplémentaire et sans aide administrative. Le directeur de septembre 2020 est le même que celui de septembre 2019 avec un protocole sanitaire en plus à gérer et avec encore plus la sensation d’être écrasé par le poids des requêtes administratives.

Le Ministre souhaite que les directeurs se recentrent sur leur mission essentielle à savoir le pilotage de leur école. Qu’il en donne les moyens ! Pour cela, le SNCL-FAEN demande encore une fois plus de temps de décharge pour tous les directeurs, et ce quel que soit le nombre de classes.