Home » Nos dossiers de rentrée 2018 » Communiqué de presse SNCL-FAEN

Communiqué de presse SNCL-FAEN

Communiqué de presse SNCL-FAEN - SNCL-FAEN

Rentrée 2018 : excès de confiance:le ministre peut faire illusion auprès des médias et des parents d’élèves en se déclarant  « serein » et « confiant » pour cette rentrée scolaire...

Le ministre peut faire illusion auprès des médias et des parents d’élèves en se déclarant  « serein » et « confiant » pour cette rentrée scolaire, les enseignants savent très bien que celle-ci est plutôt marquée par la continuation du démantèlement de l’Education nationale entrepris depuis plus d’une année d’exercice des responsabilités.

Le ministre devrait pourtant avoir quelques sources d’inquiétude. Car si c’est une rentrée désenchantée qu’effectuent aujourd’hui les personnels de l’Education nationale, ces derniers pourraient très rapidement se montrer particulièrement combatifs lorsqu’il s’agira de défendre une autre conception de l’éducation que la vision utilitariste et « rentable » actuellement poursuivie.

Quel avenir ici est promis à la jeunesse et à ses enseignants ? Des suppressions de postes par milliers (près de 25 000 dans l’Education nationale), le non-renouvellement d’emplois aux concours de l’enseignement, le recrutement augmenté de professeurs non titulaires avec le développement de la précarité qui l’accompagne, des conditions de travail aggravées par  l’augmentation des  effectifs dans les classes (quasiment généralisé pour compenser les quelques dédoublements en CP et CE1 des REP+), un enseignement tourné essentiellement vers le « bachotage » d’items à réussir lors d’évaluations successives s’étalant sur une grande partie de la scolarité (CP, CE1, classes de 6ème et de seconde), des disparités territoriales de plus en plus marquées (essentiellement à cause de l’autonomisation forcée des établissements), l’adossement de la carrière des professeurs, et donc de leur rémunération, sur les résultats de leurs élèves à ces mêmes tests, etc.

Pendant ce temps, rien n’est fait pour s’attaquer aux problèmes réellement urgents du métier : recul net des salaires et paupérisation des acteurs de l’enseignement, absence de médecine de prévention alors que les situations critiques se multiplient tant en termes de maladies professionnelles que de conflits hiérarchiques et de harcèlement au travail, dégradation de l’image des métiers de l’école et du respect de leurs fonctions dans la société…

Nous assistons dans les faits à une véritable démission de la Nation, qui abandonne à la fois ses idéaux et les personnels qui les portent encore. Ainsi, pour couronner le tout d’ici à 2022, se profilerait une baisse des garanties statutaires dans une Fonction publique réduite à sa plus simple expression dans laquelle les agents seraient livrés aux exigences folles de leur hiérarchie.

Face à de telles attaques, à la volonté maintenant clairement démontrée de diriger ce ministère avec le plus grand mépris, sans tenir le moindre compte de l’expertise des enseignants, de les contrôler en les encadrant au plus près, le  SNCL-FAEN appelle les collègues à ne pas se laisser déposséder de leur professionnalisme et à résister par tous les moyens à la vision réductrice de l’éducation qui prétend faire réussir chaque élève en abaissant les moyens mis à la disposition de l’Ecole ainsi que la plupart de ses exigences.

 Jean-Denis Merle Secrétaire général

 

SNCL-FAEN   13, avenue de Taillebourg      75011   PARIS                   Tél. : 01 43 73 21 36

Télécopie : 01 43 70 08 47                 Courriel : sncl@wanadoo.fr                           Site : www.sncl.org

 

Paris, le 3 septembre 2018

 

Contact :     Jean-Denis Merle

06 43 22 32 43