Home » NOS DOSSIERS » Collège 2016 : la vraie grille horaire de demain !

Collège 2016 : la vraie grille horaire de demain !

Collège 2016 : la vraie grille horaire de demain ! - SNCL-FAEN

Le ministère continue sa campagne d'enfumage, pour la réforme du collège. Vous aurez remarqué comme il est difficile d'obtenir une grille horaire précise ! Le SNCL FAEN a procédé à un décryptage pour vous la dévoiler...

Bien qu'encore très changeant, le projet a déjà révélé quelques ambitions, plus désastreuses les unes que les autres. Après recoupement des informations, toute illusion tombe, et l'ampleur des dégâts à venir apparait clairement ! 

 

 

EN L’ETAT DU PROJET, CE QUE NOUS PERDONS VRAIMENT :

 

  • En langues : plus de classe européenne, plus de classe bilangue, une heure de moins en LV1 en 6e, une 1/2h de moins en 5e, 1/2h de moins en LV1 et LV2 en 3e et 4e.
     
  •  En mathématiques et en français : 1/2h de moins en 3e.
     
  • En Arts plastiques et Education musicale : un enseignement globalisé posant la question de la continuité pédagogique, et inquiétant pour l’avenir des disciplines.
     
  • En Technologie et Sciences physiques : fin des effectifs réduits en 6e, 1/2h de moins en 3e dans les deux disciplines. Enseignement globalisé en 6e qui ne préfigure rien de bon là encore.
     
  • Les options et heures d’accompagnement : réduction d’horaire spécifique en latin/grec ou langue régionale (moins 1h par niveau !), pas de précision concernant l’heure de vie de classe et la Découverte professionnelle en 3e.
     
  •  

 

MAIS ATTENTION : CE N’EST PAS TOUT !

 

 La création d’EPI (Enseignement Pratique Interdisciplinaire) de la 5e à la 3e va imposer de perdre 3 heures sur nos matières disciplinaires ! C’est donc possiblement du français, des maths ou de l’histoire-géo (au choix des Conseils d’Administration…) en moins partout pour nos élèves, qui seront remplacés par ces IDD nouvelle formule, lesquels devront inclure les langues anciennes et régionales si les établissements ne veulent pas les voir s'amoindrir ou même disparaitre.

 

 

DU CÔTE DES ELEVES : le désastre en Troisième !

 

Une demi-heure de perdue en Français, mais aussi en LV1, en LV2, en mathématiques, en sciences physiques et en techologie, c'est une véritable hécatombe pour les élèves de troisième ! Alors que dans le même temps, rien n'a été prévu à l'heure actuelle pour la continuation de l'heure de vie de classe ou de la découverte professionnelle ; et ceci sans parler de la perte horaire en option latin/grec ou langue régionale ! Avec cinq heures de cours en moins par semaine, au minimum, nos élèves de troisième devraient améliorer leurs résultats au Brevet ? Mais de qui se moque-t-on ? 

 

 

L'ANALYSE DU SNCL FAEN

 

 

L'ambition interdisciplinaire du projet de réforme semble devoir coûter très cher à la transmission pure des connaissances par discipline, dans le collège de demain. Faute de moyens pour financer ces expérimentations, le ministère compte sur un puissant coup de rabot général. Les professeurs de langue et de lettres classiques seront parmi les plus touchés, encore une fois : un choix délibéré du gouvernement, qui s'enferme encore dans la vision rétrograde des enseignements optionnels comme trop élitistes, et nuisant au fameux fantasme du "collège pour tous".

 

Un collège de demain nivelé par le bas, dépouillé de tout ce qui faisait encore sa réussite, voilà ce qui se trame actuellement au-dessus de nos têtes.

 

Le SNCL FAEN entre en résistance contre cette réforme inique !

Nous refusons que les Conseils d'administration, où siègent parents et élèves, décident demain de la répartition de nos horaires de travail, pas plus que de nos salaires ! Ce sera pourtant le cas avec les IMP répartis en CA, et les futurs EPI qui devront être approuvés par la même instance.

 

Le SNCL FAEN demande l'abandon immédiat du collège unique, sur l'échec duquel chacun s'accorde aujourd'hui. Il demande le respect des enseignements disciplinaires, et refuse que ces derniers entrent en concurrence avec des expérimentations qui, si elles peuvent avoir un intérêt, ne doivent pas se faire au détriment de l'enseignement de fond.

 

Nous demandons le relèvement des exigences, le maintien des options et des langues vivantes aujourd'hui menacées, afin d'éviter l'hemorragie de nos effectifs vers l'enseignement privé. Nous demandons aussi le retour de l'autorité et de la considération du professeur. Enfin, nous exigeons la mise en place, dès la quatrième, d'un droit à l'essai vers le parcours professionnel pour tous les élèves qui ne trouvent pas leur place dans l'enseignement classique et glissent dangereusement vers le décrochage.

 

Aucune réforme du collège ne saurait porter ses fruits sans ces mesures indispensables.

 

 

Attention : des changements sont apportés presque heure par heure au projet de réforme, pensez à consulter notre rubrique "Dernière minute!" pour disposer des meilleures informations !